7% de Français bavards accaparent 75% du temps de parole global selon...

7% de Français bavards accaparent 75% du temps de parole global selon une étude

2


Entre amis, en famille ou au travail, les trois quarts des mots prononcés chaque jour en France le sont par une minorité de Français bavards nous apprend une étude de l’université de Niort. Quant aux 25% de mots restants, ils sont partagés par les 93% plus discrets de la population. Décryptage.

« Nous savions que certaines personnes parlent plus que d’autres,c’est bien connu, mais l’ampleur du phénomène nous a beaucoup surpris et un peu consterné aussi » reconnaît le professeur Jacques Hass, qui a dirigé l’étude – «  Un individu bavard réduit mécaniquement le temps d’expression des autres. Cette étude démontre que le temps de parole, à l’instar des richesses, est distribué de manière extrêmement inéquitable au sein de la population et avec un usage souvent discutable ».

Car si ces individus bavards prononcent beaucoup de mots, qu’en est-il de la qualité de leur discours ? Selon les mesures effectuées par l’équipe du professeur Hass, seul 2 à 3% des mots prononcés par les bavards sont réellement porteurs d’information, le reste n’étant que remplissage ou répétition.

« Les bavards n’aiment pas le vide, ils le comblent coûte que coûte, peu importe la qualité du remplissage. Comme les odeurs corporelles, supportables voire agréables quand elles émanent de notre propre corps, un discours insipide peut sembler véritablement intéressant du point de vue de la bouche qui le prononce. »

A l’issue de cette expérimentation nationale à grande échelle (1620 personnes sur 2 années), les chercheurs du département de Psycho-sociologie de l’Université de Niort ont isolé 4 grandes catégories de sujets :

Les Bavards (7% de la population – 75% du temps de parole)

« J’adore raconter des histoires ! Ou mon weekend ! Ou même raconter ma journée, ou ce que j’ai mangé à midi. Peu importe, l’important c’est de partager sa vie. Ou alors j’adore parler des films que j’ai vus, ou que je veux voir, ou ceux que je veux revoir comme  »Bienvenue chez les Ch’tis », trop marrant ce film. Mais j’aime aussi parler des trucs marrants que j’ai lu sur le web, ou dans des bouquins, quoi que je lise pas trop.. Je suis plus télé. Ya des trucs bien à la télé, moi j’aime bien D8, surtout [….]» Ludovic, Bavard

  • 47 000 mots prononcés par jour en moyenne
  • Aiment s’écouter
  • Rigolent de leurs propres blagues
  • Commentent leurs propres remarques
  • Se paraphrasent eux-mêmes
  • Écoutent peu les autres
  • Confiance en eux basse, montrent le contraire
Les Loquaces (26% de la population – 17% du temps de parole)

« C’est sûr il faut pas parler pour rien dire, mais on a quand même le droit de délirer un peu des fois ! Moi j’adore partir dans des gros délires, raconter n’importe quoi et voir mes potes halluciner ! » Célia, Loquace

  • 10 600 mots par jour en moyenne
  • Parlent souvent pour communiquer, parfois pour le plaisir
  • A l’aise en groupe
  • Groupe majoritairement féminin
Les Pragmatiques (59% de la population – 6% du temps de parole)

« Si les gens s’exprimaient mieux, s’ils possédaient davantage de vocabulaire, ils parleraient sans doute moins. » Jeanne, Pragmatique

  • 3700 mots par jour en moyenne
  • A l’aise en petit groupe ou à deux
  • N’aiment pas prendre la parole par la force mais le font quand nécessaire
  • Parlent pour communiquer
Les Humbles (8% de la population – 2% du temps de parole)

[rire gêné] Pauline, Humble

  • 1250 mots par jour en moyenne
  • Capacité d’écoute développée
  • Peur de ne pas intéresser les autres
  • Parlent pour être écoutés

Les chercheurs se sont également intéressés aux rapports qu’entretiennent ces différents types entre eux; Nous apprenant par exemple que le Bavard apprécie la compagnie des Pragmatiques et des Humbles, mais moins celle des Loquaces et des bavards. Les humbles quant à eux sont surtout à l’aise avec les Loquaces, qui comblent le silence sans excès. Les pragmatiques supportent tous les types mais sont comme des poissons dans l’eau lorsqu’ils sont entre eux.

Mais j’en suis déjà à plus de 600 mots dans cet article, je vais m’arrêter là.

Sebastien Pohls
Après 19 ans passés à l'Ecole Supérieure de Journalisme de Lille (ESJ), Sébastien ressent l'envie de pratiquer lui aussi cette discipline. Il abandonne alors le monde du ménage et du nettoyage industriel pour se lancer à fond dans sa nouvelle passion. Rejeté partout ailleurs, Sébastien rejoint le Daily Béret en 2013.

2 COMMENTS

  1. C’est une étude intéressante. Il faudrait maintenant connaître les avis des personnes qui écoutent ces différents types de bavards. Ceux qui les trouvent insupportables, ceux qui en sont contents car cela leur évite d’avoir à donner un avis personnel, ceux qui n’écoutent pas plus les bavards que la musique d’ambiance, ceux qui écoutent pour pouvoir répéter l’histoire ou l’opinion entendue (et qui seront donc dans les 7% en une prochaine occasion)…
    Enfin, il faudrait donner ces statistiques
    – par catégories socio-professionnelles. Je serais curieux de connaître les résultats pour les politiques, les animateurs télé et les journalistes (même du Daily Béret).
    – par âge (des premiers babillages jusqu’à la fin : Je connais des petits-derniers et des aïeux qui monopolisent le temps de parole)
    Mais… pour cela… il faudrait, cette fois, de vrais nombres, résultats de vraies études.

Poster une réponse