La nouvelle est tombée cette nuit : Peter, le coloc « un peu chelou« , va quitter l’appartement pour aller habiter seul. Pour Pierre, Pedro, Piotr, Pietro et tous les autres colocataires, l’annonce surprend, et inquiète un petit peu aussi. « C’est pas qu’il va nous manquer particulièrement, c’est juste que si tout le monde se barre à la moindre petite frustration la coloc ne va pas durer longtemps… » explique Pedro, un colocataire bruyant et mangeant tard.

« Peter avait une des chambres les plus pourries, exposée plein nord et avec des problèmes d’humidité »

Au lendemain de la décision, chacun s’interroge sur les raisons qui ont motivé ce départ. Pour Pierre par exemple, il s’agit simplement d’une histoire de loyer : « On avait décidé de payer tous pareil… Mais c’est vrai que Peter avait une des chambres les plus pourries, exposée plein nord et avec des problèmes d’humidité. Quand on compare à la piaule de Pietro, je comprends qu’on soit jaloux et qu’on veuille payer que sa part ! ».

Selon Pjeter, le plus jeune des locataires, ce sont les « gens de passage » dans la colocation qui l’ont poussé au départ. « Peter il est sympa, mais il aimait pas trop que des potes de passage squattent un peu le salon, consomment de l’eau ou grignotent des trucs dans la cuisine » explique Pjeter, ajoutant non sans ironie que « pourtant personne n’a jamais touché à sa bouffe à lui tellement il mange des trucs dégeu ! ».

Pour Petur, colocataire sérieux et discret, Peter « en avait marre de suivre les règles communes ». Les colocataires avaient en effet mis en place de nombreuses règles de vie de la colocation. « C’est vrai qu’il y avait beaucoup de règles, parfois un peu compliquées, mais on s’y fait. Peter, lui, voulait toujours tout faire à sa manière.. sauf que sa manière c’est souvent super chelou ! » raconte Petur.

Ces derniers temps, la colocation avait dû aider financièrement l’un des colocataires, qui venait de perdre son travail : « C’était ça, ou on foutait Petros à la porte ! » s’exclame Pietri, un colocataire sans soucis financiers – « On l’aide à payer son loyer, je sais pas s’il nous remboursera un jour mais peu importe… Si on se serre pas les coudes dans les moments difficiles alors on est quoi ?? Juste des connards qui habitent au même endroit ? ».

« Peter aurait voulu profiter de tous les bons côtés de la coloc mais sans faire de ménage ou participer à la cagnotte commune, du coup il ne s’est jamais vraiment intégré (sa surconsommation d’alcool n’a pas aidé). Bref, même si on l’aime bien, dans le fond, on va pas faire des pieds et des mains pour lui demander de rester. Mais faudra pas qu’il vienne taper à la porte pour taxer notre basilic,  faire cuire ses trucs chez nous parce qu’il a pas de four ou nous refourguer ses potes roux parce qu’il a plus de place chez lui » résume Pierre.

1 COMMENT

Poster une réponse