Attentat xénophobe chez les Bisounours : 5 morts et 12 blessés

Attentat xénophobe chez les Bisounours : 5 morts et 12 blessés

0

Ce matin aux environs de 10h45 deux individus lourdement armés ont fait irruption au domicile de Grosbisou, faisant feu sur tous les oursons présents avant de prendre la fuite dans les nuages. Grosbisou et son compagnon Groschéri seraient morts sur le coup, ainsi que Grosdodo lâchement assassiné pendant son sommeil. Maminours et Ti’coquin sont quant à eux décédés dans la matinée des suites de leurs blessures. Une douzaine d’autres oursons ont été blessés pendant la fusillade.

La piste xénophobe privilégiée

La police du Pays des Bisounours, qui a été crée pour l’occasion, est à la recherche active des deux individus. Il pourrait s’agir, selon plusieurs témoins, de Toumalin le raton laveur et de Toufou  le lapin.

Selon nos sources, Toufou le lapin aurait récemment rejoint le mouvement radical « Rongeur-Power » fondé par Toumalin. Ce mouvement ouvertement anti-bisou, visant à instaurer par la force le « câlin » comme pratique obligatoire dans tout le pays, s’était déjà illustré le mois dernier en revendiquant une série de dégradations et de tags xénophobes sur des nuages.

« Chez nous, on fait des bisous, pas des câlins.  S’ils veulent faire des câlins, ils n’ont qu’à changer de nuages »

Connu pour sa légendaire absence d’insécurité, le pays des Bisounours est aujourd’hui sous le choc. Habituellement extrêmement tolérants, certains habitants n’hésitent pourtant pas aujourd’hui à dire leur ras-le-bol, en particulier sur les réseaux sociaux. Ainsi, sur Bisoubook, un internaute nommé Grosecret postait cette phrase, bisoutée et partagée par de nombreux oursons : « Chez nous, on fait des bisous, pas des câlins.  S’ils veulent faire des câlins, ils n’ont qu’à changer de nuages ».

Les humains indirectement responsables ?

Si l’on en croit les scientifiques, l’occurrence des premiers cas de violences et d’incivilités au Pays des Bisounours correspondrait à l’apparition, il y a quelques mois, d’un trou dans les nuages, causé par la couche d’ozone, permettant aux Bisounours d’observer la Terre et ses habitants.

« Jusqu’à l’apparition de cette fenêtre sur notre monde, les Bisounours n’avaient jamais été exposés à la violence, à l’intolérance ou à la notion de communauté » explique un chercheur – « Mais depuis qu’ils nous observent, ils ont développé des comportements nouveaux, déviants, probablement par imitation. La semaine dernière, nos télescopes ont enregistré le premier viol Bisounours, alors que depuis toujours, les Bisounours ne se faisaient que des bisous dépourvus de toute sexualité ! » continue le scientifique.

Et demain ?

La communauté mondiale des bisologues s’inquiète pour le pays des Bisounours. Depuis quelques semaines, les scientifiques observent un ourson, connu sous le nom de Großtragen, rallier à sa cause un nombre grandissant de jeunes oursons influençables. Dans son livre, « Mon nuage », ce dernier décrit une idéologie politique basée sur « l’assimilation culturelle » de certains types d’ours, la notion « d’espace vital » et celle de la « pureté des Bisounours ».

NO COMMENTS

Poster une réponse