Dickember : Un mois sans se laver « les parties » pour...

Dickember : Un mois sans se laver « les parties » pour lutter contre la pauvreté

0

Le mouvement « Dickember » appelle les hommes à ne pas se laver le pénis (« dick ») pendant tout le mois de décembre (« december ») pour lutter contre la misère. Le slogan officiel du mouvement ? « Fight poverty. Don’t be a dick. » (« Combat la pauvreté. Ne soit pas un enfoiré. »).

Movember 2, le retour ?

A chaque mois sa bonne cause ? « Movember » proposait déjà de se laisser pousser la moustache pendant le mois de novembre afin de sensibiliser aux cancers masculins. Fort de son succès, le concept a été repris et transformé : Depuis deux ans désormais, le mois de décembre est le mois de sensibilisation à la pauvreté. Explications.

« On adore le concept de Movember, à chaque fois que les gens demandent pourquoi t’as une moustache, t’as l’occasion de leur parler d’un problème qui compte vraiment » explique Tim Bradford, l’un des trois jeunes californiens à l’origine du mouvement Dickember, sur le site internet du projet.

« Les gens doivent sentir que la pauvreté nous entoure »

« Le plus important c’est l’idée d’engagement : Tu fais pas que parler ou cliquer un ‘like’, tu agis sur ton propre corps. Et comme ça les gens comprennent que c’est important pour toi. Movember c’est bien, Dickember va plus loin. Tu te laisse pas pousser trois poils, tu te laisses quasiment moisir la b*te ! Le message est tellement plus fort. Tout le monde sait alors que tu ne rigoles pas, que pour toi la pauvreté c’est du sérieux. » enchérit Donovan Thompson, responsable de la collecte des dons.

Un mois c’est long

Le mouvement « dickember » ne connaît pas encore la renommée de son confrère « movember », qui a depuis ses débuts collecté plus de 450 millions de dollars, reversés à divers organismes de recherche contre les cancers masculins. Pourtant, le nombre de participants ne cesse de croître, à l’image de Julien R., un trentenaire grenoblois qui commence tout juste son « dickember » :

Il vient de commencer son Dickember
« Je sens que ça va être dur » Julien, « Dicko » grenoblois

« Les premiers jours ça ira, ça m’arrive de ne pas la laver pendant 4-5 jours de toute façon. Pour la suite par contre, je suis un peu plus inquiet… surtout pour les derniers jours. J’ai d’ailleurs déjà refusé une invitation à un nouvel-an un peu classe : ça sera mon dernier jour de Dickember, je veux pas gâcher la fête. »

Un défi pour les proches aussi

Dans l’entourage de Julien, la tendance est plutôt contre le mouvement Dickember. « On est colocs, on fait souvent du covoiturage, enfin on passe beaucoup de temps ensemble. Je vais être clairement impacté par son défi à la con » s’inquiète Ben, son colocataire. Sa petite amie actuelle, Albertine, est plus radicale : « S’il le fait vraiment, c’est fini. S’il veut lutter contre la pauvreté, il n’a qu’à faire un chèque. ».

Avec plus de 52 000 inscrits en France, Dickember semble particulièrement suivi cette année. En fait, il y a certainement un ou plusieurs « dickos » (nom amical donné aux participants) dans votre entourage. Saurez-vous les repérer avant la fin du mois ?

NO COMMENTS

Poster une réponse