EBOLA : Le cap des 10 000 cas franchi chez les hypocondriaques...

EBOLA : Le cap des 10 000 cas franchi chez les hypocondriaques français

1

Une fois de plus, c’est la population des hypocondriaques qui semble être la plus sévèrement touchée. Avec le cap psychologique des 10 000 cas franchi aujourd’hui, la paranoïa Ebola vient de rentrer dans sa phase pandémique.

Les réseaux sociaux : principaux vecteurs de transmission

Selon les experts internationaux, la croyance d’avoir attrapé l’Ebola se transmet principalement via les réseaux sociaux, Facebook en tête. « Un seul message simpliste sur les dangers du virus posté sur Facebook peut contaminer une centaine de personnes. Si les individus contaminés partagent ce message, la progression devient exponentielle » prévient un expert reconnu.

Emilie est une hypocondriaque de 31 ans. Elle a commencé à ressentir les premiers symptômes quelques secondes à peine après avoir lu un post alarmiste sur Facebook, ce qui confirme la contagiosité extrême de la croyance d’avoir attrapé l’Ebola.

J’ai parlé à Abdou ce matin et m’a postillonné au visage !! Je me sens faible. Je tousse. C’est sûr à 90% : j’ai choppé l’ébola. Ceci est sûrement mon dernier message. Adieu.

 déclarait la jeune femme sur sa page Facebook.

Comment se protéger

Les experts de l’OMS préconisent les mesures suivantes pour éviter d’être contaminé par l’impression d’avoir attrapé l’Ebola :

  • Se méfier des réseaux sociaux
  • Faire usage de son bon sens
  • Partager cet article
  • Eviter de parler à Abdou

De plus, les spécialistes rappellent à tous les paranos que le risque ZERO n’existe pas.

 

Sebastien Pohls
Après 19 ans passés à l'Ecole Supérieure de Journalisme de Lille (ESJ), Sébastien ressent l'envie de pratiquer lui aussi cette discipline. Il abandonne alors le monde du ménage et du nettoyage industriel pour se lancer à fond dans sa nouvelle passion. Rejeté partout ailleurs, Sébastien rejoint le Daily Béret en 2013.

1 COMMENT

Poster une réponse